Pagnol and Raimu on stage

March 2009

Previous pagePrevious page

Philippe Caubère et Michel Galabru partageront la scène du  théâtre Hébertot, à Paris, à partir du 20 Mars à 19 heures, pour  incarner respectivement Marcel Pagnol et Jules Raimu. De leur  rencontre en 1929 à la mort du comédien en 1946, les  deux hommes ont eu des relations épistolaires nourries. La lecture de cette correspondance dépeint une amitié pleine de tendresse, d’exigence et  d’humour.

 

Adaptation: Pierre TRE-HARDY

Avec:

Michel GALABRU

Philippe CAUBERE

Jean-Pierre BERNARD

 

 

 

                            JULES & MARCEL                                                          

 

J’aime Marcel Pagnol. Je l’aime au point de parler de lui en disant parfois simplement « Marcel ». Sans rien ajouter de plus. Parce qu’à force de le lire, à force de travailler « sur » lui, « sur » son œuvre, « sur » ses personnages, il me semble vivre une amitié avec lui, comme si nous nous étions véritablement connus, comme s’il m’avait souri, un jour. Et d’ailleurs, peut-être me sourit-il en ce moment. Je ressens cette sensation d’amitié comme un cadeau que Marcel m’adresse, depuis ce nuage gorgé d’eau évaporée de notre Provence. Car nous avons la Provence en commun. La Provence ainsi que cette passion de l’Homme, qui traverse son œuvre et qui anime ses personnages. Chacun d’eux nous raconte bien plus qu’une histoire : il nous rappelle que nous appartenons tous à cette humanité qui, malgré ses horreurs et ses défauts, reste toujours capable du miracle. Le miracle du pain partagé, de l’enfant accepté, du fils prodigue, de l’amitié retrouvée… Le miracle d’être capable de dire « oui », tout simplement.

Alors, « Oui », Marcel, j’ai été un peu jaloux de cette amitié qui te lie si bien à ton copain Jules. Un peu jaloux, parce que moi aussi j’aurais aimé que tu t’engueules avec moi, car je sais bien, moi, que « quand un sudiste se fâche avec un autre sudiste, c’est une preuve d’estime… » Et ton estime, Marcel, elle pèse plus lourd dans mon cœur qu’un millier d’applaudissements dans une salle.

Voilà. Je te laisse à ta partie de carte, par delà les nuages, et je retourne pétrir les mots, comme ton boulanger sa pâte... Pour être digne de ton amitié, celle qui me rend la tête légère et le cœur plein, celle, enfin, qui m’autorise à parler de toi en disant « Marcel », tout simplement.

Pierre Tré-Hardy

 

 Le spectacle

« Mon cher Jules, il faut que tu sois bougrement fâché avec moi   pour ne pas répondre à une lettre injurieuse qui n’avait   d’autre but que de commencer une dispute…». Ces   correspondances entre Jules et Marcel tissent ainsi la toile de   leur éternelle amitié, mêlée de mauvaise foi truculente, de   fâcheries épiques, d’admiration réciproque, de pudeur,   d’humour, de souvenirs, de secrets… et de savoureuses  envolées, drôles, fraîches et vives comme l’eau des sources de  leur Provence. Une amitié profonde et féroce qui les a unis  dès leur première rencontre, jusqu’à la mort prématurée de  Jules : « Que Jules ne soit plus là, cela me fait de la peine. Non  seulement parce que je l’aimais, mais parce que je n’arrêtais  pas de me fâcher avec lui. Quand un sudiste se fâche avec un  autre sudiste, c’est une preuve d’estime… ».

 

Origine du spectacle

Michel Galabru, Nicolas Pagnol (petit fils de Marcel Pagnol) et Isabelle Nohain Raimu (petite fille de Raimu) étaient venus assister, en août 2006, à une adaptation de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol que Pierre Tré-Hardy avait construite comme un « making off » de film, en donnant la parole à un nouveau personnage, Marcel Pagnol qui commentait sur scène la création de Marius, Fanny et César… tout en échangeant quelques répliques « historiques » avec son grand ami, Raimu. L’idée d’un spectacle sur leur amitié est née ce soir-là, avec la complicité de Jean-Pierre Bernard.

Nicolas Pagnol et Isabelle Nohain Raimu ont accepté avec enthousiasme, ouvrant grande la porte de leurs archives épistolaires à Pierre Tré-Hardy, tandis que Michel Galabru est entré dans la peau de Raimu comme l’héritier naturel de l’un de nos plus grands comédiens.

C’est au Festival de Correspondances de Grignan que le spectacle a vu le jour, en juillet 2007, avec Jean-Claude Carrière (Marcel Pagnol) auquel succède aujourd’hui Philippe Caubère, passionné de Marcel Pagnol et de son œuvre. EXTRAIT VIDEO

 

 REVUE DE PRESSE:

 

*Blog le Figaro: Au théâtre Hébertot, dans une mise en espace de Jean-Pierre Bernard qui joue le narrateur, deux géants de l'histoire du théâtre et du cinéma correspondent et se chamaillent. Raimu, par Michel Galabru, Pagnol par Philippe Caubère, c'est un match au sommet.

 

 *PaperBlog: Galabru campe Raimu avec son talent habituel et Caubère incarne un Marcel Pagnol calme qui tempère les humeurs de son ami, avec malice et humour. On se délecte alors de ces échanges dont le seul mouvement des mots nous transporte dans une France d’antan, aux accents de Provence. La douceur à l’huile d’olive de Pagnol

 

*Première: L’association de ces deux noms sur une affiche de théâtre met le cœur en joie, tant elle semblait improbable. Si, en plus, vous y ajoutez Raimu et Pagnol, votre esprit s’émoustille. Ce n’est plus une galéjade mais un projet plein de soleil.

 

*FigaroScope: Comme ils sont bons, ces deux hommes. L'un, Pagnol, est rompu à l'exercice de l'autorité : c'est un lettré, un professeur, un metteur en scène, un réalisateur. L'autre, Raimu, est un artiste rugueux, instinctif, intuitif.

 

*Journal TF1: VIDEO

 

*Kritikator: SAVOUREUX ! Il n'y a pas d'autre mot pour définir le plaisir que l'on ressent durant ces échanges entre deux personnages hors normes à travers leurs échanges épistolaires.

 

*France3: VIDEO

 

Théâtre HEBERTOT

78 bis blvd des Batignolles

75017 Paris

Métro Villiers ou Rome